Plus de trois millions de cas COVID-19 en Afrique

L’Afrique recense exactement 3.047.625 cas confirmés de Covid-19, dont plus de 72.300 décès.

Le seuil des trois millions d’infections au nouveau coronavirus a été franchi lundi en Afrique, qui reste cependant le continent le moins touché dans le monde à ce jour.

L’Afrique recense exactement 3.047.625 cas confirmés de Covid-19, dont plus de 72.300 décès, selon le dernier décompte établi lundi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour l’instant, les pays les plus touchés sur le continent, en termes de nombre de cas positifs, sont l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Egypte, la Tunisie, l’Ethiopie et l’Algérie.

L’Afrique du Sud, avec plus de 1,2 million de cas signalés, dont 32.824 décès, représente plus de 30 % du total des 54 pays d’un continent, qui a une population de 1,3 milliard de personnes. La moyenne hebdomadaire des nouveaux cas a augmenté au cours des deux dernières semaines dans le pays.

Selon les données de l’OMS, elle est passée de plus de 11.000 nouveaux cas dans la semaine du 28 décembre à plus de 30.000 nouveaux cas à celle du 4 janvier. La semaine dernière, l’Afrique du Sud a comptabilisé plus de 100.000 nouveaux dont plus de 3.600 décès. Cette hausse des cas intervient alors que le pays est confronté à une résurgence de la maladie, provoquée par une variante du virus plus contagieuse qui se propage rapidement.

L’Afrique du Nord, l’une des régions la plus touchée du continent

Au cours des derniers mois, deux variantes différentes du « SRAS-CoV-2 » ont été signalées à l’OMS comme des faits de santé publique inhabituels au Royaume-Uni, sous le nom de « COV 202012/01 », et en Afrique du Sud, sous le nom de « 501Y.V2 ».

Mais selon l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, il n’existe pas, à ce stade, de preuve évidente que la nouvelle variante sud-africaine soit associée à une maladie plus grave ou à des résultats plus défavorables.

« Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre l’impact sur la transmission, la gravité clinique de l’infection, les diagnostics de laboratoire, les thérapies, les vaccins ou les mesures préventives de santé publique », a fait valoir l’OMS dans son dernier bulletin épidémiologique.

Dans l’ensemble, l’Afrique du Nord reste la partie du continent la plus touchée. Parmi les pays les plus frappés par la maladie figurent le Maroc (452.532 cas et 7.743 décès), l’Egypte (149.792 cas et 8.197 morts), la Tunisie (159.276 cas et 5.215 décès), la Libye (104.745 cas et 1.581 morts) et l’Algérie (101.913 cas et 2.803 décès).

En Afrique subsaharienne, l’Éthiopie a également dépassé le seuil des 100.000 cas. Addis-Abeba recense exactement 127.792 contaminations dont 1985 décès. De son côté, le Nigeria comptabilise plus de 97.000 cas d’infection dont 1.342 morts.

Face à la récente apparition sur le continent de nouveaux variants de la Covid-19 qui semblent avoir une transmissibilité plus forte, l’OMS avait appelé, à la fin de l’année dernière, les pays africains à renforcer la surveillance et l’analyse génomique afin de détecter toutes nouvelles mutations et de renforcer les efforts pour enrayer la pandémie.

Les élections en Afrique au temps de la COVID

Malgré la pandémie, la plupart des pays ont respecté leur calendrier en 2020

ONU/MINUSCA – Malgré une situation sécuritaire fragile, les Centrafricains ont massivement exercé leur devoir civique en se rendant dans les centres de vote et en votant.

La République centrafricaine et le Niger ont tenu leurs élections présidentielles et législatives le 27 décembre 2020 clôturant ainsi une année difficile où, malgré les craintes de perturbations dues à la pandémie de la COVID-19, la plupart des pays d’Afrique ont réussi à respecter leur calendrier électoral.

Cependant, dans deux des pays les plus observés, les scrutins ne se sont pas déroulés comme initialement prévu.  En Éthiopie, les élections parlementaires prévues pour le 29 août ont été repoussées à la mi-2021, tandis qu’en Somalie, la date limite pour les élections parlementaires de décembre 2020 n’a pas été respectée, bien que la date prévue pour les élections présidentielles de février 2021 reste au calendrier.

Les élections des membres de la Chambre des représentants du peuple et des conseils d’État régionaux dans toute l’Éthiopie devaient se tenir dans le nouvel environnement politique inauguré par les réformes du Premier ministre Abiy Ahmed. Il a remporté le prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir mis fin à un conflit de deux décennies avec l’Érythrée voisine.

En Somalie, les élections de 2020 devaient être les premières depuis 50 ans et les électeurs devaient élire le président et ses représentants par vote direct. Les derniers scrutins au suffrage universel dans le pays ont eu lieu en 1969. Les élections présidentielles subséquentes, tenues en 2009, 2012 et 2017, ont impliqué un système de milliers de délégués de clans votant pour des représentants parlementaires, qui à leur tour ont élu le président. 

Au Tchad, les élections législatives, initialement prévues pour le 13 décembre, sont maintenant prévues pour le dernier trimestre de 2021. 

Malgré une situation sécuritaire fragile, les Centrafricains ont massivement exercé leur devoir civique en se rendant dans les centres de vote et en votant. Photo : ONU

Malgré la COVID-19

En février, les Togolais se sont rendus aux urnes pour élire leur président, quelques semaines seulement avant le bouclage de la COVID-19.

Puis, en mars, le Cameroun a organisé à nouveau des élections législatives dans une douzaine de circonscriptions, tandis que le 22 mars, les Guinéens ont participé à un référendum constitutionnel et à des élections générales très contestés. 

Une semaine plus tard, les Maliens ont tenu leurs élections générales.

En mai, les électeurs du Bénin ont élu leurs représentants locaux, tandis que les Burundais ont élu leur président. 

En juin, les Malawiens ont été appelés à nouveau aux urnes pour une nouvelle élection présidentielle après que les tribunaux ont invalidé les résultats d’un précédent scrutin en 2019.

Les Égyptiens ont choisi leurs sénateurs en août, tandis qu’en octobre, la Côte d’Ivoire, les Seychelles et la Tanzanie ont tenu leurs élections présidentielles et que les Cap-Verdiens ont élu leurs représentants au conseil municipal.

Le mois de novembre a débuté par un référendum constitutionnel en Algérie, qui s’est tenu le 1er novembre, suivi d’élections générales au Burkina Faso, le 22 novembre. 

Puis le 7 décembre, les Ghanéens ont tenu leurs élections législatives et présidentielles, tandis que les Libériens ont été appelés à un référendum constitutionnel et à une élection sénatoriale à mi-mandat.

Le 27 décembre, la République centrafricaine et le Niger ont terminé l’année sur les élections en Afrique en 2020. Les Centrafricains ont voté malgré les tentatives de certains groupes rebelles de perturber le scrutin. Au Niger, le processus aurait été largement pacifique. 

Dans les deux pays, des seconds tours sont prévus pour le Nouvel An, ce qui marquera le début d’un nouveau cycle du calendrier 2021 sur le continent.

Élections prévues en 2021 

PaysScrutinDate
AngolaLocalAvr 2021
BéninPresidentiel & LocalAvr 2021
Burkina FasoLocalMai 2021
Cap-VertPrésidentiel & ParlementaireMar 2021
République centrafricaineAssemblée nationale (deuxième tour)8 Fév 2021
TchadAssemblée nationale & Local 24 Oct 2021
TchadPrésidentiel4 Avr 2021
Côte d’IvoireAssemblée nationaleOct 2021
DjiboutiPrésidentiel8 Fév 2021
EthiopieChambre des Représentants31 Août 2021
GabonSénatDébut 2021
GambiePrésidentiel4 Déc 2021
LibyePrésidentiel & Parlementaire24 Déc 2021
MadagascarLocal & Sénat (indirect)  2021
MauriceLocal 2021
MarocChambre des représentants, assemblée locale des conseillers (indirect, après local)Sep 2021
NigerPrésidentiel (deuxième tour)21 Fév 2021
Republic of CongoPrésidentiel31 Mar 2021
RwandaLocalFév 2021
SénégalRégional & Local28 Mar 2021
São Tomé & PríncipePrésidentielJuillet 2021
SomaliaPrésidentiel (indirect)8 Fév 2021
SomalilandChambre des représentants et SénatMai 2021
Afrique du SudDistrict et MunicipalAoût 2021
Soudan du SudPrésidentiel, Assemblée nationale, LocalAoût 2021
OugandaPrésidentiel, Assemblée nationale (premier tour)10 Janv 2021
OugandaPrésidentiel, Assemblée nationale  (deuxième tour)8 Fév 2021
ZambiePrésidentiel, Assemblée nationale, Local12 Août 2021

Afrique Renouveau: 4 Janvier 2021

Par: Franck Kuwonu

Source: Electoral Institute for Sustainable Democracy in Africa (EISA)

Facebook Dévoile Ses Temps Forts De L’année 2020 En Afrique

Elle met également en lumière les succès, la force et la résilience de ses utilisateurs, tout en renforçant l’engagement continu de Facebook dans la région

NAIROBI, Kenya, 17 décembre 2020/APO Group/ —  

Facebook (Facebook.com) a dévoilé aujourd’hui une infographie « Les temps forts de l’année 2020 » présentant certains de ses principaux investissements et actions à travers l’Afrique en 2020. Elle est Accompagnée d’une vidéo animée célébrant et présentant des personnes répartis sur le continent, qui se lèvent contre les défis de cette année particulière. Elle met également en lumière les succès, la force et la résilience de ses utilisateurs, tout en renforçant l’engagement continu de Facebook dans la région.

Kojo Boakye, Directeur des Affaires Publiques pour l’Afrique, a déclaré : « Nous savons que cette année a apporté de nombreux défis inattendus dans le monde, y compris ici en Afrique. La pandémie COVID a changé notre façon de travailler, de nous rassembler et a eu un impact sur de nombreuses économies et entreprises locales. Malgré cela, nous continuons de voir et d’entendre tant de récits de résilience, de force et de croissance. En tant que Facebook, nous restons engagés envers le continent, et nos temps forts de l’année 2020 n’accentuent que certains de ces investissements et l’impact que nous avons pu avoir en soutenant les écosystèmes grandissants de développeurs, de PME, de créatifs et de nombreuses autres communautés. »

Voici quelques-uns des principaux temps forts de l’année 2020 :

  • 2Africa : Aux côtés de 8 partenaires internationaux et locaux, nous avons lancé 2Africa, l’un des plus grands projets sous-marins au monde, avec 37 000 kms tout autour du continent, reliant 16 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe et qui vise à fournir un accès à des capacités Internet accrues.
  • Soutenir les efforts de COVID-19 : Dans le contexte de la COVID-19, soutien à plus de 40 pays en Afrique en collaboration avec les autorités sanitaires locales, à travers des campagnes d’éducation et des outils d’information sur Facebook et via WhatsApp.
  • Formations sur l’impact économique : 55,210 PMEs ont été formées dans 14 pays à travers nos programmes d’impact économique, notamment Boost avec Facebook et SheMeansBusiness ; et 229 jeunes ont été formés grâce au programme Digify Pro, et 183 d’entre eux, ont obtenu un emploi.
  • Cercles de développeurs : Nous avons étendu notre programme de cercles de développeurs à plus de 76 000 personnes, de 45 villes à travers 17 pays d’Afrique subsaharienne.
  • Formations à la l’alphabétisation numérique : Facebook a assuré la formation à la l’alphabétisation numérique, axée sur la sécurité en ligne, la confidentialité, les nouvelles, l’éducation aux médias et la citoyenneté numérique, dans 6 pays, formant 26 562 personnes.
  • Soutenir les PME : Création d’un centre de ressources commerciales pour soutenir les PME locales et déployer un programme de subventions PME de 1,8 million de dollars pour les PME au Nigéria et en Afrique du Sud pour aider à atténuer certains des effets contre le COVID-19
  • Formations aux compétences numériques : Nous avons assuré la formation sur les compétences numériques, axée sur la sécurité en ligne, la confidentialité, les nouvelles, l’éducation aux médias et la citoyenneté numérique, dans six pays, formant 26 562 personnes.
  • Soutenir les PME : Création d’un centre de ressources commerciales pour soutenir les PME locales et déployer un programme de subventions PME de 1,8 million de dollars pour les PMEs au Nigéria et en Afrique du Sud pour aider à atténuer certains des effets de la COVID-19
  • Projet de journalisme Facebook (FJP) : En collaboration avec le Centre International des Journalistes (ICFJ), nous avons accordé 140 000 dollars de subventions aux éditeurs sud-africains et mis sur pied un programme de formation vidéo de 250 000 dollars ciblant 10 000 journalistes à travers l’Afrique couvrant la COVID-19.
  • Bureau Facebook au Nigéria : Annonce de l’ouverture de notre 2ème bureau africain à Lagos, au Nigeria, au second semestre 2021. Le premier en Afrique à inclure une équipe d’ingénieurs experts construisant pour l’avenir de l’Afrique et au-delà.
  • Dons de sang : Partenariat avec les banques de sang et les autorités sanitaires locales pour déployer la fonction de don du sang au Kenya, en Ouganda, en Afrique du Sud, au Rwanda, au Sénégal, au Tchad, en Namibie, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Mali, au Zimbabwe et au Niger. Plus de 2,6 millions d’utilisateurs de Facebook se sont inscrits pour recevoir les notifications de dons de sang des centres de don du sang.