Selon le ministre en charge de l’industrie, cette nouvelle entreprise va permettre de réduire les importations de produits textiles.

Le gouvernement camerounais envisage créer une deuxième unité de filature de coton en 2022 en dehors de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam). Cette nouvelle entreprise, comme annoncé par le ministre des mines, de l’industrie et du développement technologique, Gabriel Dodo Ndoke, au Parlement  va permettre de diversifier la production intérieure, apprend-on du site Investir au Cameroun.

Selon le Minmidt, la mise en place de cette nouvelle unité de filature permettra d’accroître significativement le taux de transformation du coton et de réduire drastiquement les importations des produits textiles. Avec une capacité de production estimée à 300 000 tonnes par ,cette entreprise va diversifier la production intérieure de façon à satisfaire les besoins de l’État en matière de tenues. La nouvelle société aura ainsi pour champ d’action la confection des tenues des grands corps technique de l’État (Forces de maintien de l’ordre, écoliers, universités, etc.). La commande publique pourrait ainsi servir de levier de développement de cette filière, apprend-on du même site.

La Cicam détient le monopole de la production dans le pays avec seulement 5 des parts du marché local qui est inondé par des étoffes en provenance de Chine (82 et de l’Afrique de l’Ouest (13). Pourtant, le coton produit localement par la Société de développement du coton (Sodecoton) est jugé de bonne qualité sur le marché international.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.