Technologies : des initiatives high-tech se multiplient

Le laboratoire de l’Agence universitaire pour l’innovation (AUI) vient de mettre sur pied trois appareils de lutte contre la propagation du Covid-19. Un portique désinfectant intelligent, un autoclave et un respirateur artificiel. Le portique détecte la présence humaine, enclenche le processus de désinfection par des sprays de solution chlorée puis, initie le lavage des mains par l’ouverture automatique du robinet placé au sortir du portique. « Doté d’une intelligence artificielle, le portique signale à chaque fois que les solutions désinfectantes s’épuisent », explique Serges Armel Njidjou, manageur de l’AUI.

Le deuxième appareil sert lui aussi à simplifier la désinfection mais cette fois, en milieu hospitalier. Il s’agit de l’autoclave. L’appareil reçoit dans son bac, le matériel médical et le stérilise grâce à la chaleur. Le troisième appareil est le respirateur artificiel. L’équipe de sept ingénieurs, conduite par Serges Armel Njidjou, a réussi à construire l’un des appareils les plus demandés actuellement sur le marché mondial. 

Cet outil comme les deux autres, ont été conçus en deux semaines. Le fruit de ce labeur est d’autant plus salutaire qu’il est suivi par le gouvernement. « Le ministre de la Santé publique nous a demandé de faire venir nos appareils pour homologation à Yaoundé. Le ministre délégué auprès du ministre en charge de l’Economie, Paul Tasong, nous a mis en contact avec les Nations unies », a souligné Serge Armel Njidjou. Pour cet ingénieur, concepteur de la couveuse néonatale solaire qui a récemment engrangé des prix à l’international, l’heure est à présent à la production de masse. « Notre seul souci est l’obtention de la matière première. Si nous arrivons à passer la commande, nous nous lancerons dans la production », a-t-il précisé.

Autre imitative, c’est celle de Gilbert Mbeh. Grâce à la plateforme « Abeg Ya », le jeune Camerounais a mis en place une plate-forme qui connecte les populations à des médecins. En cas de nécessité de consultation à distance, de conseil ou de clarification d’information sur le Covid-19, tout abonné a la possibilité de s’adresser à un médecin. Gratuite, l’application compte plus de 500 abonnés pour 500 personnels médicaux disponibles.